h3s.395

ce qu’augurent quel l’augure des branches

le bois mort amoncelle
l’amadou et le feu
devant même la foudre

de sur frappe au coeur de la roche

la racine et les ombres
ne songent que cela
les vents et les grands arbres

les rivages de soi


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :