sonne 2

un feu dessous les ombres
l’eau mêle la brûlure
d’aller seulement où
rien ne l’arrête plus

et le fleuve se mêle
plus loin à son tour d’être
le flux toujours même et
autre la main du temps

parfois agite ici
les rives et les terres
meubles plus que le sable

la mémoire n’est pas
dans la terreur du jour
mais la voix de quoi passe


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :