_ _71

on va et c’est toujours
devant soi une terre
sèche et nue qui attend
le printemps et les pluies

mais l’ombre du terrible
plane dans les ciels rouges
çà et là des éclairs
strient la forme flottée


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :