h3s.410

dedans les eaux un rêve

quel le monde tombé
à même le sol sec
un sable très fin brûle
lentement sous le jour

n’en rien dire est plus juste

mais la brume prononce
le bleu du temps venu
au fleuve de toujours
l’autre qui est le même

demeure ce lointain


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :