merisiers et aubépines

la lumière est traversée
d’ombres nues — la terre est sèche
qui retourne à la poussière

simples fleurs que la lumière

il n’y a que ces reflets
dessus les eaux phréatiques
on vient s’abstraire — le sable

ouvre et brûle sous les yeux


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :