_ _86

cela se lève

lentement les yeux
se vident
la lumière lave au trop-plein
son trop plein même de lumières

sur la pierre toute humble

et puis vient le soir
de chaque branche
un chant surgit qui appelle
au proche de soi

une ombre repose


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :