_ _91

ce ne sont que des riens

parcelles çà et là
éparses sous le vent
et les sillons accueillent façonnent
la semaison

et plus loin
l’aire nourricière se voile
brume où l’on dépose
le poids des récoltes

que le vent vient cribler


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :