_ _119

matin — de la lumière
point ça et là qui touche
et vient abstraire ici
— le temps qui va n’est plus
rien autre que cela
qui respire plus large
sous l’ombre de grands arbres
l’odeur de la rosée


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :