_ _129

et c’étaient trop grands bruits
trop de pas trop de voix
et pourtant on allait
les chemins morts du temps


seul revient dedans soi
que le jour se défait
sans même une parole
dans l’odeur des tilleuls


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :