_ _150

cela comme gisant

l’été reste immobile
dans les feuillages secs
la main de grands vents passe

au creux de basses terres

et trop proche et lointaine
la forme des nuages
n’existe qu’absentée

la source même brûle



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :