_ _152

un dire de feuillages

le temps semble immobile
un peu de chaleur tremble
tout au bout de la vue

on passe outre le lieu

l’horizon s’enracine
et chaque jour éloigne
et l’ombre et la lumière

où la forme s’efface


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :