frm1

la terre grise mêle
au bruit du vent celui
de fruits qui sont perdus
ou de ceux qui jamais
ne seront pour les bêtes
ni les mains des cueilleurs
chose autre que ce qui
se brise en fragments nets
sous les pas ce seul bruit
de ce que la vie quitte
et délaisse si près
d’être — auprès des granits
qui de loin en loin roulent
le bruit de feuilles sèches


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :