frm2

l’été vient finir ici
dans les arbres la couleur
dore ce que le soleil
est venu brûler — le temps

et l’orage mêle vain
la fureur sans frein des vents
à la pluie qui cingle au sang
chaque veine du terrestre

le sable ne retient rien
de ce que la roche éboule
sans fin dans sa propre chute

et puisque le jour revient
on rallume un pauvre feu
au coeur fragile de vivre


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :