sonne_6



la parole qu’on entend
là juste dessous les herbes
être toujours de silence
cela n’est rien mais demeure

la fabrique du pierrier
s’écoule au long de la digue
et les abeilles bourdonnent
devant la ruche brisée

l’eau mêle à nouveau au chant
le filé de ce que songe
le fleuve auquel tout se noue

le regard s’arrête un temps
où des branches brisées gisent
— le fracas du vent absent


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :