sonne_ 7

on sait l’aube déjà
comme proche de soi
l’air éveille le dormeur
à le toucher dans son geste

le rêve ne cesse pas
d’être celui sans mémoire
un peu de ses espaces
mêle le jour à sa brume

et la demeure de nuit
retrouve pas à pas l’ombre
son cristal dedans la pierre

derrière les murs un feu
brûle depuis l’âtre noir
la vie nue qui continue




Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :