sonne_9

sur le lit de la rivière
des galets brillent dans l’air
chaud et lourd dessous les ombres
un ciel où passe l’orage
sans pluie ni tonnerre ni
foudre — le cri du faucon
surgit de nulle part haut
la mémoire d’être parle
ici où dire n’est rien
un sonore sans mots hante
le geste de marcher même
sous les arbres sans chemin
dans l‘ seul l’écho de feuilles sèches
on va — à perdre le sens


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :