frm_5

un tremblé dans les ombres
les feuillages secs sonnent l’un
contre l’autre un bruit de pierre
et le vent ne passe rien
des mots ni des voix rien
pour seule obole des fruits
tombés à terre tôt
le ruisseau pour seul ciel
pauvre et bas et infime
le nuage d’averse tourne
dans le jour entier
et la lumière brûle
l’averse enfin venue
au tard de sa promesse


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :