frm_7

le surplomb des orages
dans les lointains longtemps puis
un chant heurté sur les toits
l’averse drue résonne
et le bitume luit plus
plus noir sur quoi les flaques dansent
mais ce n’est pas la nuit même
un son simple gronde bas
on entre en soi sans savoir
quel l’instrument ni pourquoi
là-bas ce reste de ciels
file un cercle d’horizons
— les heures se nouent mêlées
aux ombres d’inexister. sans exister





Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :