frm_8

on chemine sous les arbres
et le pas rejoint les souffles
la forêt d’après l’averse
respire se remémore
l’antique delta d’eaux claires
où s’enchevêtrent les frênes
aux saules dessous les chênes
les taillis lentement dansent
la lumière vive du jour tourne
et le cri du faucon haut
passe l’ombre qu’il transperce
plus loin dans les prés l’ouvert
reprend pas à pas figure
au un monde deçà le temps


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :