frm_9

c’est à l’abord d’une devant un banc de brume
on sait que le jour commence
quand voir peu à peu se ferme
disparait on respire où le jour point
un peu d’aube reste aux ciels
juste et impassible bleue
on sait la demeure rouge
d’où surgit toute lumière
l’abandon nu à jamais
gronde derrière le bruit
du temps qui grince s’éraille
parmi les objets brisés
quoi cherche ici de toujours
recours au plus haut silence


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :