frm_14

ces jardins de peu commune
mesure juste au rebord
des villes et des usines
et c’est le temps qui dévore
le fruit de tant de vies pauvres
comme perdues sans savoir jamais
quel sens donner au mauvais
rêve né ici de rien
alors la main apprend comme
redonner sens à la veine terre
épuisée autant qu’aux mots
ce sont des grappes de mûres
la ronce sur les grillages
démasque les voix absentes



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :