sonne_16

l’eau file son propre lit
de ciels même s’ils sont gris
même sous l’averse on va
contempler comme tout change
l’impermanence demeure
ce qui est un disparaître
ne renonce pas cela
qui lui permet le retour
ce que la faux a coupé
renoue ses racines loin
sans que jamais l’insensé
de la chute d’eau qui gronde
et se jette dans le vide
ne vienne obscur au silence


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :