frm_24

écoute comme d’un monde
remonte du temps perdu
à jamais et ce sont rêves
que ces images d’énigmes
sans cesse au travail en soi
la question sans pourquoi lève
autour de quelle d’une autre obsidienne
coupante plus qu’un scalpel
dont on a perdu le sens
le sens de tout s’est perdu
on sait le trait illusoire
qu’il trace tranche ou bien cherche
chaque jour a son ouvrage
le coeur encore vient battre
dans l’arpège de son aube souffle


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :