frm_26

un peu de lumière prend
qui traverse le brouillard
et au feuillage dernier
des branches nues déjà noires
la splendeur des rouges des
ocres que le vent anime
un instant où le tremblé
l’éternel et l’éphémère
l’un comme l’autre demeurent
de la durée en suspens
toute prise dans les ombres
que le soir très lentement
allonge et vient effacer
et c’est là seul ce qui est


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :