sonne_31

le corps des feuillages raye
la géométrie plus nette
que dessine le soleil
d’une ombre l’autre plus longue
on abolit la distance
mais ce n’est que pour un temps
déjà on entend un pas
même au creux de son silence
et s’échappe l’intranquille
voile de brume devant
soi où et déjà la nuit monte
et le chemin du retour
est aussi un disparaître
quoi une erre parmi l’infime


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :