sonne_33

le matin à peindre — rien
quel nom que désigne ici
et la variable des ciels
— toute couleur devient autre
le soleil fait se lever
de loin en loin les brouillards
que le soleil fait lever
ils passent outre mesure
on marche dans le froid neuf
le givre ne poudre pas
les feuillages suspendus
rouges et verts aux branchages
le temps demeure immobile
juste avant que le vent ne
soulève sonne de ce qui finit d’être


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :