invz_28

le jour naît à grand peine

l’obscur étreint le corps
de toute couleur
serait-elle là-bas un loin sans nom

on voit juste sous la lune

le jaune irréel d’un feuillage
que des branches hautes couvrent
d’un geste à jamais ouvert

la forme filée des brumes


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :