invz_35

on peut à peine saisir

le froid en flocons
sans couleur
et dans les mains rien

quelques lignes — l’indistinct

ce peu du vivant
respire à petit bruit
auprès du fleuve

la nuit cède aux ciels blancs


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :