sonne_34

le temps hors de propos
file auprès de vieux fleuves
les dentelles de givre
jusqu’à l’avant de soi
— quoi cherche — la lumière
au-dessus des brouillards
existe comme seule
rive réelle et vide
elle dont toute attente
résout la même énigme
toujours — et l’aube vient
et le jour et le soir
— comme un arbre oublieux
s’endort de ce seul rêve



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :