en_allées 3

là-bas où le jour lève
une haute grisaille
sur les eaux dont on sait
qu’elles fluent de toujours
les terres noires portent
comme un cri le silence
d’où les branches surgissent
depuis la racine des nuits
le chant d’un merle
ou le vol lourd d’un grèbe
de loin en loin
la rive nue
et pour seul seuil
une aube de pluie


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :