en_allées 5

le temps en lambeaux goutte-à-goutte
tombe sur la place sans
feuillages les rameaux nus
quoi luit semblent luire sous l’averse
sur la pierre le sable
et la lumière absente
l’hiver mêlé de cendres
cet autre de lui-même
les ombres sans visage
écoutent le vent sourd
qui porte la pluie froide
des arches laissées franches
rien pour orner l’obscur
on voit couler des larmes



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :