en_allées 9

la lumière tombe
en averse et perle
un rien de couleur
ça et là s’éveille
mais derrière les branches
nues en leur corps d’hiver
aucune lampe
pour ne brûle d’attendre que seule la nuit
qui vient après l’eau morte
et terne du jour
pas un songe pour dire
l’espace du vent
ni même la simple parole quelque parole
au seul silence fuir
un silence assez pauvre pour finir

ouvert aux passées
d’oiseaux noirs bruyants


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :