en_allées 11

un regard — la lumière
divague et se parsème
folâtre dans le jour
trop doux

la couleur encore à demeure
comme d’une illusoire
saison dans laquelle on va
soi s’effacer

la route vient se perdre
parmi les arbres
le sable la roche les herbes


sous le vent d’hiver un peu fou
ce peu que chante le ruisseau
pour seule obole auprès des fleuves


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :