en_allées 12

nuit de toujours
l’obscur est-il encore
ici ce rien que touche
le néant
le point du jour note
un sommeil sans rêves
la voix dérive lente
au fil du fleuve
mais toujours sans pourquoi
pas à pas le corps cherche
un souffle pour demeure
la vie toute traverse
la nuit au loin du temps
comme un premier matin.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :