en_allées 15

l’odeur du sous_bois
l’hiver et les mousses
posées lumineuses
sous chaque trouée
on sait qu’aller là
d’un mot l’autre au silence
presque sans voix
renoue le souffle au vent vivant
au long d’un bras mort
les ombres bougent peu
et l’eau morte porte
tout un monde proche
égal puis un éclat
le ciel éblouit


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :