en_allées 19

et c’est déjà la terre
cela qui respire et songe
delà les pierres brisées
on sait le geste des roseaux
toujours à tracer
la course des ombres longues
et puis une aube paraît
rouge sur les eaux phréatiques
pour peu que les yeux se lèvent
le ciel ouvre
devant soi le temps
les herbes folles s’effacent
un silence puis le vent
pour faire place à la nuit


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :