en_allées 20

ici sans visage
songe — devant soi le vide
ces lumières hors de tout
songe — devant soi le vide
comme sans reflets
sur les bétons morts — l’absence
une eau immobile et sourde
le passage des jours
presque creux — l’étale
un temps sous la cendre
et le feu n’attend qu’un souffle
quelques rares brindilles
pour embraser
haut et clair
l’âtre de pierres grises


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :