en allées_22

le jour découvre ses ciels
et leurs couleurs d’hiver
dedans l’éblouie
le vent sourd cingle la peau
les branches nues encore
ploient au point de rompre
au droit du fleuve en crue
la terre s’amenuise
ça et là l’embâcle
laisse filer des bois flottés
sans se défaire
les eaux ne sont pas assez
hautes ni violentes
pour que s’éteigne le chant


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :