en allées_24

le souffle du vent partout
autour de soi un bruit
songe
et la rive et les ciels
cela qui tombe inverse
dedans le fleuve
brûle
le temps et la mémoire
les ailes de cire
se défont d’avoir été si loin
au droit du soleil
on revient aveugle du lieu
du lieu et toute parole profère
profère le vide


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :