en allées _26

quel jour que celui
qui de soi lève au en silence ce gris
le bleuté d’une aube
sans rivage
et quelle la voix
qu’éraille le temps
sans que jamais le sable
qui s’écoule ne fasse trace
on sait le fleuve proche
aux hautes eaux
troubles
et c’est après la pluie
que les ciels enfin lavés
circulent se lèvent mais pourquoi


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :