en allées_31

un jour sous le blanc
des ciels puis plus loin un signe
aux franges du visible
ce sillage
sans retour comme un temps
pour vie être seulement
dire
ce que souffle la langue
parmi ce qui fuit
et l’éphémère songe
que l’on peut vivre ici
une ellipse longue
et disparaître
au puits parfond des nuits


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :