en allées_32

on est comme le vent
hors du visible
cela qui court sous les ombres
aucun nombre aucun nom
rien qui ne soit
sans un ailleurs le monde
chair de clair-obscur
incarne son propre geste
il y a cela qui naît
il y a cela qui meurt
un instant à peine
et la nuit arrive
ou est-ce déjà une aube
cela que songe le mot rien
l’obscur
une autre et plus haute aube


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :