en allées_33

le son des voix
hagard
de tout le jour
aucun dire vrai
quoi reste des heures
pas même une herbe rase
que le gel flétrit
juste avant l’aube
et puis la nuée
laisse le regard
errer de loin en loin
libre plus encore que
l’absence des oiseaux
parmi le blanc glacial des ciels


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :