en_allées 34

on va plus proche de soi
ici sans même un regard
sur le fleuve et ses méandres
on sait pourtant reconnaître
au seul dehors blanc et terne
et la rive et son absence
sur le seuil une ombre froide
forge une vie sans sommeil
la forme vide sans sommeil
on a pour hôte cela
le geste des statues claires
que les gels peu à peu brisent
et renvoient au sable — tout
dire et sculpter — juste là
revenir au seul silence


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :