en allée_35

une brume sous les yeux
et le geste premier humble
— attendre que la nuit cède
et s’en aille devant l’aube
— il n’y a pas de rêve autre
que le jour — et ce rien même
à son renaître
laisse à son chemin un sable
il semble que l’on s’éloigne
d’un pas l’autre vers l’ailleurs
et l’encre et la toile disent
les arbres sur la falaise
la roche nue qui s’éboule
et le torrent sur les pierres
— la neige tombe en silence


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :