en allées_36

le vent froid et l’hiver
comme un seul bloc soudain
brisé en éclats de verre
cinglent le visage
de qui va à l’obscure
forme mouvante du temps
on ne relève plus rien
sinon la voix éraillée
pour peu que le soir
continue sur la faille
il sera bien assez tôt
temps de chercher plus avant
en soi
la nuit en soi à rejoindre


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :