en allées 45

une trouée
dans le lent crépuscule
renoue la couleur
et les formes du jour
et quelques ciels
respirent de ce savoir
que les yeux seuls
reflètent en leur nuit
— la pierre toute humble
que le fleuve lisse
brille sur le sable
la crue a creusé les terres
autour des arbres tombés
quelque chose respire


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :