en allées_67

Ajouter

on va dans le bleu glacial
celui de plus hautes neiges
qui pourtant ne tombent pas
quelques plumes blanches flottent
au gré du vent la morsure
que porte le gel féroce
devient une autre douleur
les mains insensibles brûlent
les yeux pleurent en silence
un sillon de larmes creuse
le visage de qui cherche
sans jamais renoncer rien
de ce qui fut sa musique rythmique
le souffle continue vivre


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :