en allées_79

un dehors du songe vivre
quelle chose en demeure
ici
dans un cri rauque et haut
ce sont des corbeaux
sur la lisière nue
quelques notes inscrites noires
à la portée des nuages
et les vents soudain doux
mènent la pluie
vers des terres trop sèches
pour accepter l’offrande
il faut entendre aussi
en soi le silence


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :