Archives d’Auteur: Jean-Yves Fick

h3s 690

ici soit mémoire

et toute lumière
sur la rive nie
le brouillard qui vient nocturne

de ce qui traverse

au creux de la main
le cal dit le haut
silence des ombres

et se lie aux fleuves


h3s 689

on éteint les feux

de loin en loin tout
semble sombrer là
le plus haut néant

et la nuit accueille

pas à pas quel autre
monde –la distance
abolit ici

ce qui n’a pas cendre

 


h3s 688

c’est encore ici

on va sans pourquoi
ces jours sous les ciels
blancs — rien ne respire

que la couleur rouge

autant ne rien dire
sous le temps vent — quoi reste
de la voix qui sonne
plus basse — le songe

brûle à même l’arbre


h3s 687

cela qui se noue

au creux de la main
une ombre repose
elle a souffle calme

delà le ciel blanc

quoi on va devant soi
où l’ouvert vient naître
on ne cherche plus

quel regard sans nom


h3s 686

est-ce le seul jour

on entend le vent
proche au bruit des branches
nues — des volets claquent

une cette cendre froide

le monde se ferme
et la nuit n’est plus
non plus  haute dans des ciels

sans une couleur


h3s 685

ce peu de lumière

il demeure ici
une forme pauvre
que trouble tremble le vent

parmi une eau noire

la rive n’entend
de la roche nue
que ses ciels d’écume

et la nuit n’est rien


h3s 684

l’allée devant soi

ce n’est plus le sable
ni la terre nue
qui envoûte l’œil

où vient la lumière
vient

de soi on entend que va
chaque pas — cela
comme_ un souffle court

juste avant le soir


h3s 683

ces arbres brisés

la roche toujours
vive de l’adret
érafle le vent

net — le ciel glacial

porte l’irréel
on entend que chante
le dernier grillon

vide et sans dessein


h3s 682

ce feu que l’on voit
tombé là

seul et sans pourquoi
cet instant pour rien
un don de lumière
soit l’instant ce rien

à même la terre

la couleur nue tombe
rouge des feuillages
pour qui passe un soir

que vient-il brûler


h3s 681

quoi hante le rêve

on dirait des mots
éblouis de formes
loin et hautes trop

soit plutôt le rien

sans entendre qui
passe là-bas seul
soient le gué et l’eau claire
la barque plus 

que un tout autre don